Home Sur le WebArticles Vers la prescription et la dispensation des applications mobiles et objets connectés de santé

Vers la prescription et la dispensation des applications mobiles et objets connectés de santé

by MédecinGeek

Comment se connectent les jeunes médecins et pharmaciens” Enquête Le Lab e-Santé, MedPics, Le Moniteur des pharmacies, Stagium.

ACommuniqué de presse • Paris, le 8 février 2016 •

À l’occasion des Trophées de la Santé Mobile, Le Lab e-Santé, révèlent les résultats d’une enquête exclusive, menée en partenariat avec MedPics, Le Moniteur des Pharmacies et Stagium, sur les pratiques d’aujourd’hui et de demain des jeunes médecins et pharmaciens. La prescription et la dispensation des applications mobiles et des objets connectés de santé semblent devenir une réalité !

2020, le virage de la santé mobile et connectée
Si, actuellement, 25 % des jeunes médecins et 29 % des jeunes pharmaciens déclarent avoir déjà conseillé une application mobile ou un objet connecté de santé, en 2020, ils seront, respectivement 78 % et 84 % à penser que cette pratique sera devenue régulière.

B

Demain (à horizon 2020), pensez-vous conseiller, proposer, recommander régulièrement à vos patients (plusieurs réponses possibles) ?
Pour le Dr Didier Mennecier, Vice-Président du Lab e-Santé, au titre du collège des professionnels de santé : “Les jeunes médecins et pharmaciens ont un usage attendu des solutions en m-Santé, mais ils sont déjà beaucoup à prévoir de conseiller une mApp ou un objet connecté à leurs patients dans le futur : Les pratiques s’adaptent donc bien aux évolutions numériques, c’est rassurant”. Ce point de vue est corroboré par Laurent Lefort, le rédacteur en chef du moniteur des Pharmacies : “Il est intéressant de constater à travers ce sondage à quel point les futurs et jeunes pharmaciens sont d’ores et déjà convaincus que la santé connectée fera bientôt partie intégrante de leurs conseils”.

Des jeunes professionnels de santé équipés et connectés !

99 % des jeunes médecins et 98 % des jeunes pharmaciens sont équipés en smartphone. De plus, 77 % des premiers et 59 % des seconds disposent également d’une tablette. De plus, 94 % des médecins et 77 % des pharmaciens ont répondu utiliser ceux-ci dans le cadre de leur pratique professionnelle ou de leurs études.
Mais au-delà, de l’équipement et de son usage à titre professionnel, ce qui distingue les jeunes médecins des jeunes pharmaciens, ce sont les outils utilisés. Ainsi, si les jeunes médecins et les jeunes pharmaciens utilisent quasi aussi fréquemment leur smartphone ou leur tablette pour rechercher une information sur le web (92 % et 97 %), ce sont 86 % des jeunes médecins qui ont déclaré utiliser une application mobile de santé pour seulement 66 % des jeunes pharmaciens. Inversement, 63 % de ces derniers ont déclaré utilisé leur smartphone ou leur tablette pour accéder à un réseau social dans le cadre de leur pratique professionnelle ou de leurs études versus 45 % des jeunes médecins.

E

Face à ces résultats, le Dr Safia Slimani, fondatrice et CEO de MedPics, est tout à la fois enthousiaste et responsable : “Les résultats du sondage montrent que la jeune génération de médecins et de pharmaciens est confiante en l’avenir de la santé mobile qui promet un meilleur exercice de leur profession. En tant que concepteur d’application mobile, de réseaux sociaux dédiés aux professionnels de santé tâchons de ne pas les décevoir !”

Santé connectée et relation professionnel de santé – patient, une vision positive

Si on les interroge sur leur vision de l’apport de la santé connectée à la relation professionnelle de santé – patient, les jeunes médecins et pharmaciens en ont globalement une vision positive. 44 % des premiers et 33 % des seconds pensent que la santé connectée améliore ou améliorera leurs relations avec les patients, 35 et 36 % qu’elle ne changera rien et seulement 12 et 16 % pensent que la santé connectée peut dégrader cette relation. Ce constat se retrouver sur leur vision générale de la santé connectée. De fait, pour 59 % des jeunes médecins et 49 % des jeunes pharmaciens, celle-ci promet de belles choses et ils ne sont que 1 % et 4 % à déclarer qu’elle est inutile.

En conclusion, pour le Dr Nicolas Lafferre de dmd Santé, en charge de Stagium : “La santé n’échappe évidemment pas à la numérisation du monde et les jeunes professionnels de santé l’ont bien compris. La santé mobile sera pour nous un véritable atout pour l’optimisation de la prise en charge de nos patients. L’enjeu est maintenant de guider les professionnels de santé que nous sommes dans le choix de ces nouveaux outils !”.

A propos de l’enquête “Comment se connectent les jeunes médecins et pharmaciens” : Le Initié par Le Lab e-Santé en partenariat avec Medpics, Le Moniteur des Pharmacies et stagium, cette enquête a été́ auto- administrée sur le web, du 15 au 30 janvier 2016, auprès d’un panel de 545 jeunes médecins et pharmaciens, étudiants à partir de la 4e, jusqu’aux jeunes médecins remplaçants ou installés depuis 5 ans et aux jeunes pharmaciens officinaux titulaires depuis maximum 5 ans également, avec une limite d’âge de 35 ans.

Résultats complets disponibles sur simple demande : contact@lauma-communication.com

A propos du Lab e-Santé : Le Lab e-Santé a la volonté́ de rassembler et d’encourager tous les acteurs de la santé afin de donner de la visibilité́ au monde « digital santé » en perpétuel questionnement et de produire des positions bienveillantes. Créée en 2002, l’association Isidore s’est transformée en Le Lab e-Santé, un groupe de réflexion pour faire avancer la connaissance des usages, des pratiques et des freins des outils numériques en santé, aujourd’hui en plein essor, et d’émettre des recommandations tant auprès des acteurs privés que publics. Pour ce faire, Le Lab e-Santé a élargi la base de ses membres et intégré́ sous forme de collèges tous les grands acteurs de la communication santé : un collège de professionnels de santé, un collège de représentants d’associations de patients et d’accompagnants et les organismes institutionnels en 2014.

Plus d’informations : www.le-lab-e-sante.fr et @lelabesante